Risques de corruption dans l'éducation

La corruption touche tous les domaines de la planification et de la gestion de l’éducation – financement des écoles, recrutement, promotion et nomination des enseignants, construction des bâtiments scolaires, achat et distribution des équipements et des manuels scolaires, accès à l’université, etc.

Que se passe-t-il quand la ligne rouge est franchie ?

La corruption restreint l’accès à l’éducation à tous les niveaux, du préscolaire à l’université. Elle génère des contextes d’apprentissage de qualité médiocre, dont les pauvres sont les principales victimes, et elle nuit à notre bien-être collectif. Elle sape les fondements d’une éducation de qualité pour tous.

Dans le secteur éducatif, la corruption peut se définir comme « une utilisation systématique d’une charge publique pour un avantage privé, qui a un impact significatif sur la disponibilité et la qualité des biens et services éducatifs et, en conséquence, sur l’accès, la qualité ou l’équité de l’éducation » (Hallak et Poisson, 2002)

Typologies des risques de corruption dans l'éducation

 L’IIPE a établi une typologie des risques de corruption dans ces différents domaines (voir tableau ci-dessous)

Domaines de planification / gestion Exemples de risques de corruption
Financement et allocation de subventions spécifiques

Captation des fonds
Collecte de frais illégaux

Construction, entretien et réparation des équipements scolaires

Fraude dans les marchés publics
Inflation des coûts et des activités

Gestion et comportement des enseignants

Enseignants fantômes
Fraudes lors de la nomination et des affectations des enseignants
Cours privés

Examens et diplômes
Accès aux universités
Accréditation des établissements

Fraude lors des examens
Usines à diplômes et faux certificats
Fraude dans le processus d’accréditation

Systèmes d’information

Manipulation des données
Production et publication irrégulières d’informations

Source: adapté de Hallak and Poisson, 2009

Le tableau illustre bien la diversité des pratiques corrompues dans chacun des domaines relevant de la planification et de la gestion de l’éducation, comme le détournement de fonds, le non-respect des critères et le favoritisme. Aucun domaine ne semble échapper à la manipulation des informations et des données statistiques.

Pour réduire les risques de corruption, il faut s’intéresser à l’intégration de la lutte contre la corruption dans la planification de l’éducation, en effectuant un examen approfondi des analyses du risque, en définissant des normes et des règles précises, en mettant en place des procédures transparentes, en renforçant les capacités de gestion, en assurant un meilleur accès à l’information, etc.

C’est pourquoi, dans le cadre de son programme sur « Éthique et corruption dans l’éducation », l’IIPE a commandé plusieurs études afin de recenser les expériences de pays qui sont parvenus à améliorer la transparence et la redevabilité dans certains domaines relevant de la planification et de la gestion de l’éducation. Parmi les thèmes couverts, les formules de financement des écoles, la fraude académique ou les effets contraires des cours privés (pour en savoir plus sur les principales conclusions de ces études, consulter la page Publications d’ETICO). Plus récemment, l’IIPE a lancé des travaux sur les codes de conduite des enseignants et la transparence dans le ciblage et la gestion des incitations pro-pauvres.

Restez informés

S'abonner au bulletin ETICO

Soumettez votre contribution

Apportez votre contribution à la bibliothèque dédiée à la corruption dans l'éducation