Page de recherche

Page de recherche

Avis de non-responsabilité : L’IIPE ne peut garantir l’exactitude des informations contenues dans ces articles.
Les liens hypertexte vers d’autres sites web n’impliquent ni la responsabilité, ni l’approbation des informations figurant dans ces sites web.

1-10 of 10 results

  • Newspaper

    Usine à devoirs : la tricherie contractuelle deviendra illégale en Angleterre

    Royaume Uni

    - BBC News

    Selon la Quality Assurance Agency for Higher Education, plus de 1 000 usines à devoirs sont en service dans les universités britanniques. Le gouvernement a annoncé que toute proposition de rédaction aux étudiants contre rémunération deviendrait une infraction pénale au titre des plans de lutte contre la tricherie. Les universités ont accueilli favorablement cette décision et ont introduit des codes de conduite prévoyant des sanctions sévères en cas de soumission par un étudiant d’un travail qui n’est pas le sien.

  • Newspaper

    Une ministre déchue de son doctorat obtenu abusivement

    Allemagne

    Michael Gardener - University World News

    Il a été découvert que la thèse de doctorat de l’ancienne ministre allemande des Affaires familiales contenait près de 70 passages enfreignant les bonnes pratiques universitaires. L’université libre de Berlin a donné un mois à la ministre pour rendre son certificat de doctorat après la notification de retrait du diplôme, qu’elle a acquis « en donnant de fausses informations sur la réalisation indépendante de son travail académique ».
     

  • Promouvoir l’intégrité dans l’enseignement supérieur au Monténégro : adoption d’une charte éthique

    News

    Alors qu’il figure parmi les premiers pays européens à avoir appliqué une loi sur l’intégrité académique, le Monténégro est allé plus loin en adoptant une charte éthique destinée à protéger et à promouvoir l’intégrité académique dans l’enseignement supérieur. Cette initiative, appuyée par le Conseil de l’Europe, a bénéficié de l’expertise technique de l’IIPE-UNESCO.

  • Newspaper

    La triche en ligne à l’origine de « diplômes corona » en Grèce

    Grèce

    Sakis Mitrolidis/AFP - Study International

    Les règles régissant les examens sont pratiquement impossibles à appliquer dans un environnement d’apprentissage en ligne, où des centaines d’étudiants sont connectés en même temps. Le doyen du département de littérature de l’université de Crète affirme que les étudiants peuvent facilement chercher les réponses sur Google même quand ils sont surveillés à travers leur caméra. Une étudiante de 20 ans aurait ainsi déclaré qu’une de ses amies avait donné 100 euros à un enseignant pour qu’il passe son examen de mathématiques à sa place. De même, une étudiante en psychologie de 20 ans a passé les examens de deux de ses amies sans que personne ne se doute de rien.

  • Newspaper

    Appel à bannir les usines à thèses face à la recrudescence de la triche universitaire

    Royaume Uni

    Gregor Aiken and James Wyllie - The Press and Journal

    La « prolifération » d’usines à thèses depuis cinq ans a entraîné une hausse du nombre d’affaires de plagiat. L’an dernier, 338 cas ont été signalés par les universités du Nord, dont une majorité concernaient l’université d’Aberdeen et la Robert Gordon University. Actuellement, 1 000 usines à thèses sont opérationnelles au Royaume-Uni. Certaines exploiteraient des diplômés installés à l’étranger contraints de travailler 12 heures d’affilée pour moins de 1 dollar l’heure.

  • Newspaper

    Appel à bannir les usines à thèses face à la recrudescence de la triche universitaire

    Royaume Uni

    Gregor Aiken and James Wyllie - The Press and Journal

    La « prolifération » d’usines à thèses depuis cinq ans a entraîné une hausse du nombre d’affaires de plagiat. L’an dernier, 338 cas ont été signalés par les universités du Nord, dont une majorité concernaient l’université d’Aberdeen et la Robert Gordon University. Actuellement, 1 000 usines à thèses sont opérationnelles au Royaume-Uni. Certaines exploiteraient des diplômés installés à l’étranger contraints de travailler 12 heures d’affilée pour moins de 1 dollar l’heure.

  • Newspaper

    Le conseil réfléchit à une plateforme antitriche pour les universités

    Estonie

    - University World News

    L’Estonian Board of Education and Youth (Harno) est en train de recueillir des données sur les besoins des universités intéressées par l’introduction d’une plateforme permettant de mettre fin à la triche lors des examens. Il envisage de les autoriser à utiliser l’application Proctorio, mise au point par les Américains. Ce nouveau logiciel pourra être intégré aux anciennes plateformes antitriche.

  • Newspaper

    Fraude aux diplômes au Royaume-Uni : 85 sites Internet d’universités fictives démantelés en cinq ans

    Royaume Uni

    Rachell Hall - The Guardian

    Dans le cadre de la répression organisée par le gouvernement face à la fraude aux diplômes et dans le but de préserver la réputation internationale des universités britanniques, 85 sites Internet d’établissements fictifs ont été fermés depuis 2015. Une enquête de la BBC en 2014 avait déniché un site Internet proposant pour 500 livres des faux certificats de l’université du Kent dans le but « de se renouveler ou de remplacer un diplôme égaré ».

  • Newspaper

    Les allégations de triche impliquant l’appli GroupMe contraignent l’université d’État de Californie à communiquer sur Twitter

    Royaume Uni

    Tahiti Salinas, Rosio Flores - University Times

    Une étudiante de la Cal State LA aurait dénoncé l’attitude de ses camarades de classe lors d’un forum de discussion sur Canvas : grâce à l’appli GroupMe, ils auraient partagé les réponses tout en s’attribuant le mérite d’autres élèves. L’université a lancé une enquête sur ces comportements malhonnêtes présumés et, en cas de faute avérée, tiendra les coupables responsables de leurs actes, a averti le vice-président pour la vie étudiante et doyen des étudiants.

  • Newspaper

    Démission de la ministre du Travail de l’Autriche après des allégations de plagiat

    Autriche

    Agence France Press - The Guardian

    La ministre du Travail de l’Autriche a démissionné de son poste au lendemain d’allégations de plagiat portant sur son travail universitaire. Selon un expert en détection de la fraude des titres universitaires, son mémoire de master, soutenu en 2006, révèle des formes de « plagiat, des citations incorrectes et une méconnaissance de la langue allemande ». Plus d’un cinquième du texte de son mémoire, qu’elle avait présenté en mai dernier à l’Université technique de Bratislava, est extrait d’autres sources, notamment un article de la revue Forbes, sans que les citations soient attribuées.

Restez informés

S'abonner au bulletin ETICO

Soumettez votre contribution

Apportez votre contribution à la bibliothèque dédiée à la corruption dans l'éducation