08.12.2021

Evènement

Forum politique de l’IIPE sur le gouvernement ouvert : accélérer la redevabilité dans l’éducation

Les initiatives de gouvernement ouvert, qui se sont multipliées ces dernières années, proposent de nouvelles pistes pour rendre transparente et inclusive la prise de décisions au sein de la société au sens large. Le Forum politique de l’IIPE-UNESCO sur le gouvernement ouvert dans l’éducation, qui est sur le point de débuter, permettra un échange de vues d’une importance majeure sur les méthodes d’élaboration et de mise en œuvre d’initiatives de gouvernement ouvert qui contribueront à assurer à tous l’accès à une éducation de qualité, inclusive et équitable.

PARTICIPEZ À CET ÉVÉNEMENT

Jour 1, Forum politique sur le gouvernement ouvert dans l'éducation

Jour 2, Forum politique sur le gouvernement ouvert dans l'éducation

Jour 3, Forum politique sur le gouvernement ouvert dans l'éducation

Les documents du forum sont disponibles ici

Le Forum politique de l’IIPE sur le gouvernement ouvert dans l’éducation, dont le coup d’envoi sera donné le 16 novembre, se tiendra en anglais, français et espagnol. Il réunira des décideurs, des planificateurs et des responsables de l’éducation, des chercheurs, et des représentants de la société civile du monde entier. Trois jours durant, les participants examineront en détail les résultats des travaux menés dans le cadre du projet de recherche pluriannuel de l’IIPE sur le gouvernement ouvert dans l’éducation, et des exemples et enseignements tirés de l’expérience de stratégies de mobilisation des citoyens dans le cycle de la planification.

J’ai la conviction que ce Forum sur la politique ouverte dans le secteur de l’éducation de l’IIPE est un évènement à ne pas manquer si l’on souhaite comprendre comment mettre en place une dynamique de co-construction mobilisant l’administration centrale et locale, les citoyens, ainsi que la société civile, afin de résoudre des problèmes perçus comme prioritaires par les usagers et bénéficiaires du service éducatif.
Harilanto Ravelomanantsoa, membre fondateur et ancien directeur de l'organisation non gouvernementale SAHA à Madagascar 

Les débats du Forum exploreront diverses stratégies visant à mettre à profit les nouvelles technologies, à faire participer concrètement l’ensemble des citoyens (notamment les plus vulnérables), et à mieux comprendre le lien entre gouvernement ouvert et redevabilité dans le secteur de l’éducation.

Prendre appui sur une dynamique mondiale

D’après une évaluation réalisée en 2019 par le Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO), près de 200 engagements visant à améliorer la transparence, la participation citoyenne et la redevabilité dans le secteur de l’éducation ont été pris par 55 pays de différentes régions du monde. Bon nombre de ces initiatives ont trait aux données ouvertes, à la politique ouverte, à la budgétisation ouverte, à la contractualisation ouverte et aux audits sociaux, et ouvrent de vastes perspectives en faveur d’une éducation équitable et inclusive.

M. Paul Maassen, Directeur de l’appui au pays au sein du PGO, a déclaré préalablement à l’ouverture de ce Forum que : « Les mesures prises dans le contexte de la crise de la COVID-19 illustrent à quel point les pratiques ouvertes sont essentielles à notre sécurité collective. La confiance, qui naît de l’inclusion, de la transparence et de la redevabilité, doit être le point de départ d’une action durable et efficace pour faire face à la COVID-19 et repenser nos sociétés, et notamment le secteur éducatif, dont le rôle est primordial. »

Voilà pourquoi le Forum politique de l’IIPE est si important, et pourquoi je me réjouis d’y participer. En mettant en relation les réformateurs issus aussi bien du milieu éducatif que de celui du gouvernement ouvert, en mettant en lumière les expériences nationales visant à améliorer l’éducation, par exemple au moyen de la budgétisation ouverte, de la contractualisation ouverte ou des données ouvertes, nous créerons les synergies dont nous avons besoin pour générer de réelles transformations. 
Paul Maassen, Directeur de l’appui aux pays, Partenariat pour un gouvernement ouvert.

Si le gouvernement ouvert est généralement vu comme un contributeur de premier plan dans la lutte contre la corruption, on manque de documents et de données générales sur son impact. Afin de combler ces lacunes, l’IIPE a lancé en 2018 un grand projet international de recherche sur le gouvernement ouvert dans l’éducation. À ce jour, il a donné lieu à une revue de la littérature, une enquête mondiale, six études de cas approfondies sur des initiatives de gouvernement ouvert ainsi que deux études thématiques sur la participation des parents dans la gestion des écoles en Inde et en Afrique subsaharienne.

La recherche culminera lors de ce forum politique, qui permettra de partager de nouvelles connaissances et expériences, de faciliter le dialogue et de tracer la voie vers de nouvelles innovations en matière de gouvernement ouvert.

Les intervenants des tables rondes s’attacheront à clarifier le concept de gouvernement ouvert, à expliquer les stratégies permettant d’ouvrir l’accès à l’éducation et d’en améliorer la qualité et l’équité, et à exposer les mesures qui peuvent être prises concrètement pour renforcer l’élaboration, la mise en œuvre et l’efficacité du gouvernement ouvert dans l’éducation, ainsi que des méthodes visant à favoriser la mobilisation citoyenne et à garantir la prise en compte des voix des minorités.

L’événement se conclura par la formulation de nouvelles recommandations à l’intention des décideurs et des planificateurs de l’éducation en vue d’étendre ce modèle de gouvernance pour le secteur. Le Forum posera aussi les bases du rapport de synthèse et de lignes directrices relatives à la mise en œuvre d’initiatives de gouvernement ouvert qui seront publiées par l’IIPE.

Le Forum politique de l’IIPE rassemble des contributions de diverses institutions partenaires, y compris le National Institute of Educational Planning and Administration et le Center for Policy Research de l’Inde, l’organisation non gouvernementale SAHA de Madagascar, le bureau général de vérification (Contraloría) de la République du Pérou et le centre d’études sociales de l’Université de Coimbra, au Portugal.