Utiliser les données ouvertes sur les écoles pour améliorer la transparence et la responsabilité en Inde

Cette étude de cas compare l’élaboration et la mise en œuvre de deux grandes initiatives lancées en Inde : les tableaux de bord des écoles mis au point au titre du système d’information de district unique pour l’éducation (Unified District Information System for Education, U-DISE), et le programme relatif au rapport annuel sur l’état de l’éducation (Annual Status of Education Report, ASER).

Télécharger la publication (en anglais)

 

Il y a unanimité sur la question : le système éducatif indien souffre de graves lacunes en matière de responsabilité, qui se manifestent notamment par un taux d’absentéisme des enseignants élevé et des résultats d’apprentissage insatisfaisants. L’une des réponses apportées à ce problème est la prolifération de données sur les établissements. Ces bases de données ont vu le jour grâce aux efforts conjugués du gouvernement et de la société civile.

Cependant, rares sont les informations sur l’utilisation qui est faite de ces données et leur utilité dans le renforcement de la responsabilité des citoyens et du gouvernement lui-même. Avec plus de 1,5 million d’écoles, l’écosystème éducatif indien englobe une vaste palette d’acteurs, dont le gouvernement, des entités privées, les parents et la communauté, ainsi que des organisations de la société civile. Tous ces acteurs travaillent avec des données, sous une forme ou une autre. Pourtant, si de nombreuses études ont tâché d’expliquer les liens entre transparence et engagement citoyen dans l’amélioration des services, très peu se sont intéressées à l’accès et à l’utilisation des données sur les écoles par les différentes parties prenantes.

Au fil des ans, l’Inde a mis en place un certain nombre de mesures visant à améliorer l’accès à l’information au niveau des établissements. Cependant, comme c’est le cas pour d’autres pays en développement, il existe un réel décalage entre l’accès à ces informations et leur utilisation par les parties prenantes comme outil pour réclamer des comptes.

L’étude de cas compile les expériences des utilisateurs des données à différents niveaux pour comprendre où se situent les goulots d’étrangement et les défis à relever. La publication insiste sur la portée limitée de cette pléthore de données sur le système éducatif public pour améliorer efficacement la transparence et la responsabilité, et conclut en mettant en avant la nécessité de renforcer les liens entre données ouvertes sur les écoles et planification à l’échelon des établissements.

Recommandations choisies

  1. Établir des bases de données interexploitables et en temps réel pour faciliter le processus décisionnel
  2. Renforcer les mécanismes de partage des données avec le public en ligne et hors ligne
  3. Renforcer les liens entre les donnés de l’U-DISE et la planification au niveau des écoles
  4. Consolider les mécanismes de réparation des préjudices

En savoir plus

À propos des auteurs

Mridusmita Bordoloi est chercheuse à l’Accountability Initiative du Centre for Policy Research, qui promeut la responsabilité dans la fourniture de services publics en Inde. Elle dispose d’une vaste expérience dans l’analyse de données quantitatives relatives à l’utilisation de résultats d’enquête dans le secteur socio-économique de l’Inde. Ses domaines de recherche comprennent le marché du travail indien, l’éducation et l’économie de la consommation.

Varun Kapoor est titulaire d’un B.A. en économie de l’université Amity et poursuit actuellement ses études de master en politiques éducatives internationales à la Graduate School of Education de Harvard. Il travaillait au Centre for Policy Research de l’Accountability Initiative au moment où a été réalisée cette étude de cas.