22.10.2018

Promouvoir la responsabilité par l’information : La contribution des données ouvertes sur les écoles

student.learns.how_.to_.submit.complaints.jpg

A student in Indonesia learns how to use School Report Cards.
Six études de cas menées en Asie et dans le Pacifique analysent la manière dont les données ouvertes sur les écoles peuvent améliorer la transparence et la responsabilité au sein des systèmes éducatifs.

L’Institut International de Planification de l'Education (IIPE-UNESCO) publie aujourd’hui six études de cas réalisées en Asie et dans le Pacifique dans le but d’inspirer et d’éclairer les politiques relatives aux données ouvertes sur les écoles dans la région et au-delà, tout en donnant aux citoyens les armes pour lutter contre la corruption dans l’éducation.

Ces études de cas portent sur diverses initiatives pilotées aussi bien par les autorités publiques que par la société civile en Australie, au Bangladesh, en Inde, en Indonésie, au Pakistan et aux Philippines, générant ainsi une nouvelle base d’informations susceptible de guider les décideurs sur la manière dont les tableaux de bord des écoles peuvent améliorer la transparence et la responsabilité au sein des systèmes éducatifs.

Au cours de la dernière décennie, les tableaux de bord des écoles ont fait l’objet d’un attrait croissant à travers le monde. S’inspirant du bulletin scolaire individuel – bien connu de tous les systèmes éducatifs du globe, les tableaux de bord des écoles favorisent une évaluation globale des écoles par les diverses parties prenantes. Par la diffusion d’informations précises, opportunes et accessibles école par école, toutes les personnes ayant un rôle à jouer dans l’éducation (parents, élèves, enseignants, gouvernement, organisations de la société civile, médias et population dans son ensemble) sont à même de prendre des décisions éclairées et de contribuer à la redevabilité du système.

Les tableaux de bord des écoles, qui peuvent être mis à disposition sur un site web ou sur des panneaux d’affichage, permettent de rendre publique toute une série de données telles que les taux d’inscriptions, le financement, le nombre d’enseignants et leurs qualifications, l’état de l’infrastructure scolaire, les manuels ou les résultats des élèves. Toutefois, il ne suffit pas de mettre ces données à disposition du public pour que ces tableaux de bord soient efficaces. Pour améliorer non seulement la transparence mais aussi la responsabilité dans l’éducation, les données doivent être pertinentes, facilement compréhensibles, et susciter l’action.

Pour promouvoir l’utilisation et l’impact des données sur l’éducation, l’IIPE-UNESCO a lancé en 2014 un projet de recherche consacré à « l’utilisation des données ouvertes sur les écoles pour améliorer la transparence et la responsabilité dans l’éducation ». Dans ce cadre, l’Institut a étudié le développement des tableaux de bord des écoles et examiné des initiatives dans lesquelles ils se sont révélés particulièrement utiles à l’amélioration de la transparence et de la responsabilité.

Ces études de cas s’intéressent aux entités qui publient les données, aux types de données mises à disposition, à l’accessibilité de ces données et à leur utilisation par diverses parties prenantes. Chaque étude de cas s’appuie sur une enquête menée auprès de quelque 250 parties prenantes au niveau des écoles, visant à mieux comprendre la manière dont les utilisateurs des données sur les écoles se comportent par rapport à diverses initiatives de tableaux de bord.

Cette recherche illustre également le rôle crucial que peuvent jouer les tableaux de bord des écoles pour améliorer l’équité dans l’éducation. En effet, si la corruption touche tous les niveaux de la société dans tous les pays, ce sont les plus défavorisés qui en paient le prix fort. Toutefois, lorsque la communauté scolaire et notamment les parents sont en mesure de contrôler les ressources et les progrès d’un établissement spécifique, alors ils sont plus à même de faire entendre leurs préoccupations, d’exiger des comptes et d’améliorer la qualité et l’efficacité des services publics. Promouvoir une plus grande responsabilité grâce aux données ouvertes peut ainsi aider les pays à progresser vers le quatrième Objectif de Développement Durable (ODD 4), qui vise à assurer d’ici à 2030 l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et à promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie.

Les études de cas s’achèvent sur une liste de recommandations visant à améliorer l’élaboration et la mise en œuvre des tableaux de bord. Parmi elles, on peut citer la mise en place de dispositions juridiques relatives à la publication des données, la sélection des données les plus pertinentes pour contrôler la gestion financière ou la redevabilité pédagogique, la diversification des modalités d’accès aux données (en ligne et hors ligne), ou encore la formation des parties prenantes sur la manière d’utiliser ces données au mieux pour exiger des comptes.

Accédez à toutes les études de cas (en anglais) ici :

Pour toute question, veuillez contacter Muriel Poisson