05.08.2016

Les jeunes contre la corruption : le Conseil de l’Europe sollicite l’expertise de l’IIPE

Début juin, Muriel Poisson, de l’IIPE, a apporté son avis d’expert lors d’une réunion de la Commission de la culture, de la science, de l’éducation et des médias sur les mesures à prendre pour mobiliser les jeunes contre la corruption et la concrétisation des initiatives en la matière.
Reconnaissant le rôle fondamental de la jeunesse européenne dans la lutte contre la corruption, dans le secteur public comme dans le secteur privé, la Commission a plaidé pour associer les jeunes à l’élaboration de stratégies anti-corruption.
« La corruption, y compris dans le domaine de l’éducation, est un phénomène très fréquent dans toute l’Europe, au point que de trop nombreux jeunes sont résignés à la subir », a déclaré Eleonora Cimbro (Italie, SOC), rapporteur sur « les jeunes contre la corruption », lors d’une audition organisée par la Commission de la culture, de la science, de l’éducation et des médias. « Nos sociétés doivent impérativement mobiliser la jeunesse dans la lutte contre la corruption à travers une campagne de sensibilisation et, surtout, en leur donnant des outils concrets pour combattre ces pratiques ».
Une telle proposition avait été évoquée pour la première fois lors de réunions de la sous-commission de l’éducation, de la jeunesse et des sports en 2014 et 2015, les participants ayant souligné l’impérieuse nécessité de prendre des mesures concrètes à l’échelle du Conseil de l’Europe.
Cette résolution vise à renforcer la connaissance des jeunes sur la corruption en général et ses multiples conséquences dans l’économie, l’administration publique et la politique tout en contribuant au renforcement de leurs capacités.
L’IIPE, qui travaille sur l’éthique et la corruption dans l’éducation depuis 2001, a recommandé au Conseil de l’Europe d’organiser des programmes de formation pour la jeunesse capables à la fois de renforcer leurs capacités à identifier, grâce à des outils de diagnostic, les cas de corruption et de leur donner les moyens d’agir contre la corruption et les comportements contraires à l’éthique dans l’éducation.