07.12.2018

Journée anti-corruption : Comment développer les capacités des pays à lutter contre la corruption dans l'éducation

L'IIPE a formé plus de 2 200 personnes dans le domaine de la transparence, de la responsabilité et des mesures de lutte contre la corruption dans l'éducation depuis 2003. Du 4 au 6 octobre 2018, l'Institut a organisé, en collaboration avec NEPC, un nouveau cours régional sur ce thème à Tbilissi pour des équipes nationales d'Azerbaïdjan, Croatie, Estonie, Géorgie, Moldavie et Mongolie.

L'Institut international de planification de l'éducation de l'UNESCO (IIPE-UNESCO) et le Réseau des centres de politiques éducatives (Network of Education Policy Centers, NEPC) ont uni leurs forces pour proposer un nouveau cours régional sur "Transparence, responsabilité et mesures de lutte contre la corruption dans l'éducation" du 4 au 6 octobre 2018 à Tbilissi, Géorgie. L'objectif principal consistait à renforcer les compétences des participants en matière d’évaluation des risques de corruption, de sélection d’outils adéquats pour mesurer l’ampleur de ces risques, et de formulation de stratégies visant à promouvoir la transparence et la responsabilité dans le secteur de l'éducation. Le cours a été hébergé par le Centre national de développement professionnel des enseignants (National Centre for Teacher Professional Development, TPDC).

Travailler avec les équipes pays

Le cours a été conçu pour des équipes venues d'Azerbaïdjan, de Croatie, d'Estonie, de Géorgie, de Moldavie et de Mongolie. Chaque équipe comprenait trois ou quatre professionnels issus des ministères de l'éducation, d’organismes publics de régulation ou de contrôle (commissions de lutte contre la corruption, services d'inspection, auditeurs généraux, organismes d'assurance qualité), d’établissements d'enseignement supérieur et d’organisations non gouvernementales soucieuses d'améliorer la transparence et la responsabilité et de réduire les risques de corruption dans la gestion du secteur public de l’éducation.

Relever le défi de la corruption pour atteindre l'ODD4

Détournements de fonds, enseignants fantômes, appels d'offres truqués, frais d'inscription illégaux, fraude académique – il existe de nombreuses preuves de la prévalence de la corruption dans l'éducation. Les enquêtes indiquent que les fuites dans les ressources allouées aux écoles par les ministères de l'éducation contribuent à réduire l’accès à l’éducation et à aggraver les inégalités sociales. Les pots-de-vin et rétributions lors du recrutement et de la promotion des enseignants tendent à dégrader la qualité de l'enseignement. Les paiements illégaux pour être admis à l'école et autres coûts cachés, contribuent à abaisser les taux de scolarisation et augmentent le décrochage scolaire. En d'autres termes, "garantir une éducation de qualité, inclusive et équitable, et promouvoir des possibilités d'apprentissage tout au long de la vie pour tous ", comme le stipule le quatrième objectif de développement durable (ODD 4) ne sera possible qu'en tenant compte des questions de transparence et de responsabilité.

Dans ce contexte, le cours visait à permettre aux participants de mieux évaluer la nature et l'ampleur de ces problèmes et d'identifier les bonnes pratiques et les solutions pour y remédier. Il s'appuyait sur la longue expérience de l'IIPE dans le domaine de l'éthique et de la corruption dans l'éducation, qui comprend l'organisation d'un grand nombre de séminaires, ateliers, visites d'étude et cours de formation dans toutes les régions du monde, ainsi que des activités d'assistance technique dans plusieurs pays. Au total, l'IIPE a formé plus de 2 200 personnes dans le domaine de la transparence, de la responsabilité et de la lutte contre la corruption dans l'éducation (voir carte ci-dessous). Premier du genre, le cours de Tbilissi répondait aux besoins et aux évolutions du contexte éducatif des pays participants, réunis grâce au vaste réseau de NEPC.

Projets par pays et approche collaborative

Une fois les travaux achevés, chaque équipe nationale a présenté une proposition de projet. Les thèmes des projets choisis par les pays participants sont listés ci-dessous :

  • Conception d'un modèle de financement transparent, global, équitable et efficace dans les écoles (Azerbaïdjan) ;
  • Élaboration d'un système équitable d'évaluation des performances des élèves (Croatie) ;
  • Amélioration de la transparence dans la gestion des enseignants des écoles publiques (Estonie) ;
  • Procédures plus claires concernant l'embauche d'enseignants invités dans les écoles (Géorgie) ;
  • Application concrète du code de déontologie des enseignants (Moldavie) ;
  • Contribution à la réduction de la corruption dans l'éducation de base par la réglementation des paiements informels effectués par les parents à Oulan-Bator (Mongolie).

Chaque équipe nationale a eu l'occasion de présenter les principaux résultats de ses travaux au cours de séances de travail avec les autres équipes, dans un esprit d'échange et de collaboration.

Perspectives d'avenir

Il appartient maintenant aux représentants des pays de poursuivre la mise en œuvre de ces projets et d'obtenir le soutien financier nécessaire pour résoudre les problèmes soulevés lors de l'atelier de Tbilissi une fois rentrés dans leur pays. Les organisateurs souhaitent à tous les participants que leurs efforts soient couronnés de succès !

L’IIPE continuera à proposer des cours similaires à l’avenir, dans un effort constant de développement des capacités pour réduire la corruption dans l’éducation à travers le monde.


Pour plus de détails, merci de contacter Muriel Poisson.