31.03.2014

Intégrité et transparence dans l'éducation au Bangladesh

La lutte contre la corruption: une priorité, pour les responsables des secteurs de l’éducation et de la santé.

Des représentants de l'éducation et de la santé, ainsi que des agences d’aide qui travaillent dans ces deux secteurs au Bangladesh, ont exprimé une réelle volonté de lutter contre la corruption lors de l'atelier de trois jours sur Le renforcement de l'intégrité et de la transparence dans l'éducation et la santé au Bangladesh, qui s'est tenu à Savar, Bangladesh, du 31 mars au 2 avril 2014. L'Ambassade de Suède, à l’origine du projet, a organisé ce séminaire, qui a bénéficié des contributions d’experts de l'IIPE, en coopération avec le Centre de ressources anti-corruption U4.
Les autorités et le personnel des ministères de la santé et de l'éducation sont conscients de l’existence de sérieux problèmes de gouvernance et de risques de corruption. Les représentants de la Direction de l'enseignement primaire, du Bureau de la vérification des comptes, de la Commission anti-corruption, du BRAC, de CAMPE et de Transparence Internationale-Bangladesh, entre autres, ont souligné des abus tels que la mauvaise répartition des bourses ; le coût exagéré de construction et d’entretien des écoles ; l’influence des politiques sur le choix de l’emplacement des écoles; les fournitures fantômes ; les enseignants fantômes ; le favoritisme dans la gestion des enseignants ; les cours de soutien privés ; l'absentéisme d’enseignants ; les fuites avant les examens ; ou la manipulation de données au niveau central ou à celui des écoles.
L’IIPE a animé les discussions sur une variété de sujets tels que : les méthodes d’enquêtes pour mesurer les problèmes de corruption ; la petite corruption et les échanges d’argent non officiels dans l’éducation ; l'intégrité et la redevabilité du comportement des enseignants et de l’administration ; et les risques de corruption dans l’attribution des marchés de manuels et repas scolaires. L’IIPE a encouragé les participants à réfléchir à l'utilité du Code civil bangladeshi pour les fonctionnaires pour améliorer le comportement des enseignants ; mais aussi à l’efficacité des outils faisant appel aux TIC ; ou à la manière de généraliser les pactes d'intégrité dans l'éducation.
Des actions concrètes ont été recommandées, par exemple:
  • Sensibiliser au droit à l'information (RTI)
  • Rendre publique l'information concernant les bourses et manuels scolaires
  • Améliorer le contrôle du processus de recrutement des enseignant
  • Promouvoir la passation des marchés publics en ligne (e-marchés)
  • Développer des chartes de citoyen dans le secteur éducatif
Ce type d'atelier intersectoriel pourrait être renouvelé afin de continuer à exploiter les leçons tirées, et créer des synergies entre différents acteurs en vue d’une intégration plus systématique de la transparence et de la redevabilité dans l’agenda du pays.