26.11.2018

Gouvernement ouvert dans l’éducation : ce que les villes ont à nous apprendre

Pour la Lettre de l’IIPE, Muriel Poisson revient sur nouveau projet de recherche de l’IIPE consacré à ce que les villes du monde entier peuvent nous apprendre sur la manière de promouvoir un gouvernement ouvert dans l’éducation.

Récent, le concept de « gouvernement ouvert » est apparu voici une dizaine d’années. Dès 2005, l’OCDE le définissait comme recouvrant la transparence de l’action publique, l’accessibilité des services publics et de l’information et la réactivité du gouvernement aux idées, demandes et besoins nouveaux. En 2011, le Partenariat pour un gouvernement ouvert (OGP) identifiait trois grands principes sous-tendant ce concept : la transparence de l’information, la participation des citoyens et la responsabilité. En 2013, la Commission européenne mettait également l’accent sur les principes de transparence, de collaboration et de participation, militant pour des données, des services et des décisions ouverts.

La notion de gouvernement ouvert repose sur l’hypothèse qu’un essor rapide des nouvelles technologies, conjugué à une demande grandissante pour des gouvernements plus transparents et responsables, incitera les pays à faire preuve d’innovation pour partager les informations avec les citoyens, mais aussi pour les consulter et les impliquer dans les services d’éducation. De plus, en redéfinissant les frontières entre les citoyens et l’État, le gouvernement ouvert pourrait améliorer la transparence et la responsabilité de la gestion des services publics (notamment l’éducation) et, plus généralement, la culture de l’administration publique.

Cependant, même si ce concept gagne du terrain depuis quelques années, son application au secteur de l’éducation nécessite encore des recherches plus systématiques. En outre, son impact possible sur l’équité n’a pas été encore analysé au regard du quatrième Objectif de développement durable (ODD). Dans le cadre de sa nouvelle stratégie à moyen terme et face aux initiatives de gouvernement ouvert engagées un peu partout, l’IIPE a décidé de documenter et d’évaluer les premières innovations dans ce domaine, à l’image des budgets ouverts, des e-services, des fonds citoyens pour l’innovation et des audits sociaux.

Ce nouveau projet de recherche, intitulé « Gouvernement ouvert dans l’éducation : leçons à tirer de l’expérience des villes pour améliorer la transparence et la responsabilité », s’intéressera au cas des « villes ouvertes », rappelant que l’une des toutes premières initiatives de gouvernement ouvert en matière de budget participatif a été expérimentée il y a plus de 20 ans dans la ville brésilienne de Porto Alegre. Cette nouvelle recherche déterminera dans quelle mesure les gouvernements peuvent amener les citoyens à s’impliquer dans le débat public, participer à la prise de décisions et à la gestion, veiller aux processus de contrôle et contribuer au développement de pratiques innovantes. Lancé début 2018, le projet a débuté par un tour d’horizon des initiatives les plus prometteuses menées dans ce domaine par des villes du monde entier.