28.02.2014

Dépenses publiques dans l'éducation au Burkina Faso

Réduire les fuites/détournements et améliorer les systèmes d’information

Dans la continuité de ses activités entamées en juin 2011 sur l’éthique et la corruption dans l’éducation au Burkina Faso, l’IIPE a récemment apporté un appui technique à l’équipe nationale en charge de la mise en œuvre d’une Enquête de Suivi des Dépenses Publiques (ESDP, ou PETS* en anglais) dans le secteur de l’éducation de base de ce pays, sous l’égide de l’UNICEF.
L’IIPE a revu avec l’équipe la version préliminaire du rapport provisoire présentant les principaux résultats de l’enquête et a participé à la réunion du Comité technique interministériel chargé de suivre les progrès de l’étude. L’équipe a également discuté avec l’UNICEF et les représentants des divers ministères concernés des modalités de suivi des résultats et de mise en œuvre des recommandations.

Une étude menée avec succès

Malgré les difficultés rencontrées par l’équipe nationale pour accéder aux données, le rapport provisoire fournit des indications importantes sur les taux de fuite relatifs notamment aux flux de manuels, fournitures scolaires et alimentation. Les recommandations ébauchées – tant en matière de réduction des détournements que d’amélioration des systèmes d’information – seront discutées lors de la réunion du Comité interministériel de pilotage prévu au mois de juin 2012.
L’appropriation de l’enquête par une équipe nationale, bénéficiant de l’appui de deux Comités interministériels comportant des représentants des ministères de l’Économie et des Finances (MEF), de l’Enseignement de base et de l’Alphabétisation (MENA) ainsi que de l’Administration du territoire, de la Décentralisation et de la Sécurité (MATDS), constitue un modèle de référence à la fois pour d’autres secteurs (comme la Santé) mais aussi d’autres pays de la sous-région.