30.01.2018

10 moyens de promouvoir la transparence et la responsabilité dans l’éducation

picture_policy_forum_2018.jpg

Photo de groupe du Forum international des politiques éducative de l'IIPE à Manille, Philippines en 2018.
Photo de groupe du Forum international des politiques éducative de l'IIPE à Manille, Philippines en 2018.
Les données ouvertes sur les écoles peuvent favoriser la responsabilité et participer à la lutte contre la corruption dans l’éducation, mais à condition qu’elles soient utilisées de manière efficace et que les mauvaises pratiques soient clairement sanctionnées. C’est ce qu’ont mis en lumière les chercheurs et décideurs participant au Forum politique international organisé à Manille par l’Institut international de planification de l’éducation de l’UNESCO (IIPE-UNESCO) et le ministère de l’Éducation des Philippines, lors de leurs discussions sur des initiatives concernant les données ouvertes à travers le monde.

Ce Forum, qui a eu lieu du 24 au 26 janvier 2018, s’est appuyé sur les conclusions d’une étude majeure de l’IIPE-UNESCO relative aux données ouvertes sur les écoles. Des décideurs venant de 15 pays et des représentants de la société civile ont participé avec les chercheurs à une série de discussions sur les manières de mieux utiliser les données collectées à l’échelon des écoles. Ils ont également partagé des informations sur des initiatives mises en place en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

Le ministère de l'Education (DepEd) des Philippines est un fervent défenseur de la liberté de l'information, et s’emploie à promouvoir activement la transparence et la responsabilité. Ce forum politique constitue une opportunité importante pour concevoir des stratégies et encourager les efforts visant à améliorer la qualité de l'éducation, grâce aux apports d’acteurs aux profils variés, dédiés à la cause de l’éducation et qui savent réellement de quoi ils parlent.

S. E. Leonor Briones, Ministre de l'éducation

La corruption est un obstacle majeur à l’accès à une éducation de qualité pour des millions d’enfants et de jeunes à travers le monde. Les données ouvertes sur les écoles offrent la possibilité de changer les règles du jeu, mais les publier ne suffit pas. Des politiques et mesures de renforcement des capacités sont également nécessaires pour réduire l’écart entre l’information et la manière dont elle est utilisée en pratique, pour améliorer la qualité et la prestation de services éducatifs.

Suzanne Grant Lewis, directrice de l’IIPE.

On ne doit pas considérer les données ouvertes sur les écoles uniquement comme une question technique mais plutôt comme une question politique, qui peut contribuer à rééquilibrer les rapports de force au sein des systèmes éducatifs et renforcer la responsabilité à tous les niveaux dans ce secteur.

Muriel Poisson, responsable du projet de l’IIPE sur l’éthique et la corruption dans l’éducation.

Tableaux de bord des écoles

L’accès public à l’information est largement considéré comme un des principaux outils pour une meilleure transparence et responsabilité dans l’éducation. Avec les données ouvertes, les autorités éducatives – et le public dans son ensemble – peuvent contrôler les progrès du système scolaire et identifier tous les blocages et les mauvaises pratiques de ce système.

De nombreux pays partagent les données scolaires par l’intermédiaire de tableaux de bord de écoles. Ces tableaux peuvent traiter de nombreux aspects : depuis le nombre d’élèves inscrits et leurs résultats, le financement, la qualification des enseignants, le taux d’encadrement des élèves, les équipements scolaires, jusqu’aux matériaux tels que les manuels scolaires. Ces informations peuvent permettre à la communauté scolaire – et en particulier aux parents – de vérifier que l’école a reçu tous les services et toutes les ressources auxquels elle avait droit.

Recommandations pour promouvoir la transparence et la responsabilité

A l’issue du Forum, des recommandations clés pour s’assurer que les tableaux de bord des écoles deviennent un catalyseur efficace pour améliorer la transparence et la responsabilité ont été formulées :

  1.     Créer des dispositions juridiques pour la publication des données sur les écoles ;
  2.     Formuler une théorie claire du changement, qui fasse le lien entre les données et la responsabilité ;
  3.     Prendre en compte les contraintes culturelles et les rapports de force lors de l’élaboration d’une politique de données scolaires ouvertes ;
  4.     Sélectionner les données les plus importantes pour vérifier la responsabilité financière, managériale ou pédagogique ;
  5.     Donner la priorité aux données qui sont pertinentes aussi bien pour les élèves que pour les parents, afin de les encourager à participer aux efforts d’amélioration de la responsabilité dans les établissements ;
  6.     Concevoir des mécanismes permettant des « comparaisons équitables » entre établissements ;
  7.     Simplifier la présentation des données tout en maintenant leur fiabilité technique ;
  8.     Proposer aux citoyens plusieurs stratégies d’accès (en ligne et hors ligne) aux données;
  9.     Former les comités de gestion scolaire, les enseignants, les parents et les communautés sur la façon d’utiliser ces données pour exiger des comptes ;
  10.     Introduire un dispositif juridique de dépôt de plaintes pour les parents et les communautés.

En savoir plus sur le Forum politique de l’IIPE

Ce Forum a utilisé les résultats d’un travail de recherche de l’IIPE sur les données ouvertes sur les écoles, mené en Australie, au Bangladesh, en Inde, en Indonésie, au Pakistan et aux Philippines.

Les auteurs de deux états des lieux sur l’Afrique et l’Amérique latine ont également participé au Forum. 15 pays différents étaient également représentés par leurs responsables en charge des données ouvertes sur l’éducation au niveau ministériel, à savoir l’Australie, le Bangladesh, la Chine, la Colombie, le Ghana, l’Inde, l’Indonésie, la Malaisie, le Mexique, le Népal, le Pakistan, les Philippines, la République de Corée, le Sri Lanka et la Thaïlande.

D’importantes organisations de la société civile qui défendent un meilleur accès aux données scolaires étaient elles aussi présentes, en particulier CheckMySchool, Accountability Initiative, Pratham et Transparency International.

Suite à ce Forum, seront formulées des lignes d’action politique visant à favoriser l’accès à des données plus fiables, plus utilisables et plus efficaces. Les études de cas préparées dans le cadre de cette recherche seront également disponibles en ligne via notre site web. Indiquez ici vos coordonnées et nous vous tiendrons informés de la mise à disposition de ces documents.